genealogieonline

Genealogie takken "van Nuijs" en "Hoogers" » Aegidius goswinus (Gillis) van Doenrade

Persoonlijke gegevens Aegidius goswinus (Gillis) van Doenrade Mannelijk


Voorouders (en nakomelingen) van Aegidius goswinus van Doenrade


Stamboom
Goswinus ? van Doenrade
< 1415-????
   
Stamboom
? ? Nn
< 1445-????
Stamboom
Aegidius goswinus van Doenrade
1485-1543
x
Margaretha ? van den Hove
± 1490-????
Stamboom
Anna aegidius van Doenrade
1520-????
Tree 5


Gezin van Aegidius goswinus (Gillis) van Doenrade

Hij is getrouwd met Margaretha ? van den Hove.

Kind(eren):

  1. Anna aegidius van Doenrade  1520-???? Tree 7


Notities bij Aegidius goswinus (Gillis) van Doenrade

1550 Damoiseau Everet Van Ruyff et son soroige Damoiseau Francis (intitulé : les enfants de Damoiseau Gylles) ont fait un échange dâÇÖhéritage avec Jan Van Gorgem et avec ses enfants à savoir les Damoiseaux ont reçu en héritage de Jan (Van Gorgem) un petit pré humide dans notre ban situé le long de Alten Hoven et nommé Keboys Grayt pour un pré humide et une pièce de bois nommée Hyssel Bosch et située dans la jugeable de Gorgem, et les Damoiseaux on parlé avec leurs cohéritiers et Jan a parlé en présence de ses enfants pour les autres enfants qui nâÇÖétaient pas là nommés Jenne, Met et Berbe, ces trois qui ont parlé pour les autres.

1552
les enfants de Damoiseau Gylles Van Doynrae ont payé tout tels biens que Damoiseau Everet Van Berven ou Ruyff et son soroige Frans ont dans le ban dâÇÖAubel en utilité de tous les enfants ensemble, idem en premier un muid dâÇÖErnyken In den Schever à valoir sur les biens de Reyntgen pour 11 guldens dâÇÖor, idem encore un muid de Baltus Tot Gorgem à valoir sur les biens de Reyntgens Synt Jansrae pour 12 guldens en or, idem encore un muid quâÇÖa payé Heysken Op den Born et à valoir sur les biens des Guylger Op Lamerschot pour 12 dallers, idem encore un muid de Baltus Van Gorgem pour 11 dallers en or et à valoir sur le premier bail, idem encore deux muids de Platvoet ou Jan fils de Comens et à valoir Op den Broyck que Haken fils de Jehae De Meyrs tient pour 11 guldens en or, idem encore quatre muids de spelte quâÇÖa payé Baltus Van Gorgem et à valoir sur Peyrschen Hoyff Tot Gorgem, idem encore deux guldens dâÇÖhéritage sur les biens dâÇÖErnyken Mayskens In die Byrwen dâÇÖHopperet Nysson Van Neyraubel pour quarante six guldens, encore un demi muid que Lansche Gylles a payé et à valoir sur ses biens Tot Doynrae qui étaient au Damoiseau Rays pour sept dallers et demi dâÇÖargent liquide, idem encore deux stiers que Merten Schram Van Synt Jansrae a payés, Merten avait quatre stiers Op den Berch et celles Van Doynrae avaient deux stiers sur le même MertenâǬ pour trois guldens dâÇÖor.

1555 juin 21
sont venus les enfants de Damoiseau Gylles Van Doenraede et Damoiseau Jan Van Doenrae leur oncle avec ses enfants lesquels ont reporté 14 muids de spelte sur tous ses biens à DoenraedeâǬ en utilité de Reyntgen Van Synt Jansraede et ses deux premiers enfants et Jan Van Astenet, le soroige du dit ReynertâǬ pour 7 muids à payer dans le ban ou dans la jugeable de GorgemâǬ et dans les temps prochains ledit Reyntgen ou ses enfants ou son soroige Jan Van Astenet doivent avec droit rendre à Doenrade lesdits 14 muids, à donner à Damoiseau Jan ou ses enfants et les enfants de son frère Damoiseau Gylles Van den Hersterssenysse (ou) de leur frère Mre Andrees qui était pasteur à Sympelvelt.

"...Gilles de Doenraede, qui mourut en 1543, avait épousé Marguerite de Hoven ; il laissa entre autres enfants : 1° François de Doenraede, qui épousa Christine van der Heyden du Belderbusch et mourut en 1572. Le fief de Doenraede, proprement dit, passa dans sa descendance; 2" Marguerite de Doenraede épousa Evcrard Bertolf de Belven. Elle eut dans sa part la partie du Hof, située à Saint-Jean-Sart et appelée Alténa, qui fut ainsi séparée du stock fief et devint un tief distinct.//"

"...Cette quatrième cour appartenait au XVe siècle à la famille de Doenraedt (qui détenait au hameau de ce nom à Aubel un fief du comté de Dalhem), d'où l'appellation "cour de Doenraedt". Ses reliefs à Fauquemont sont faits en 1486 par Goswin de Doenraedt, en 1537 par Gilles de Doenraedt et en 1545 par François de Doenraedt, fils de Gilles. La cour de Doenraedt passa ensuite aux seigneurs de Rémersdael. On rencontre des reliefs opérés en 1643 par Jean-Henri d'Eynatten et en 1663 par GuillaumeâÇæThibaut d'Eynatten, qui était aussi seigneur d'Obsinnig. La cour prit alors le nom de ½cour d'Obsinnig». En 1732, elle est entre les mains du comte de LoozâÇæCorswarem et elle reste dans cette famille jusqu'à la fin de l'ancien régime..." Les cours foncières Sous l'ancien régime, il existait à Rémersdael quatre cours foncières, qui ne rendaient que la basse justice, celle qui ne juge jamais les infractions à la loi pénale et qui, en matière civile, décide des questions de cens, rentes, propriété, possession et autres droits réels, sans pouvoir exercer certains actes de procédure, réservés aux juridictions supérieures. La grande besogne des justices foncières était la réalisation, c'est-à-dire la transcription par la cour de tous les actes de mutation de biens situés dans son ressort, ce qui donnait à ces mutations pleine valeur vis-à-vis des tiers. Les trois seigneuries de Rémersdael, de Clermont et de Lanckvelt avaient chacune leur cour foncière, dite aussi cour censale ou cour des tenants. Elle était composée du maïeur nommé par le seigneur et d'échevins choisis parmi les tenants ou censitaires, qui tenaient héréditairement une terre moyennant une redevance annuelle appelée cens. Le 26 janvier 1565, le chevalier Thierry d'Eynatten obtient de la haute cour de justice de Limbourg la réformation de la cour censale de Rémersdael dans laquelle s'étaient introduits de nombreux abus. Le nombre des échevins est réduit à sept. Ils devront, pour la première fois, prêter serment devant la cour de justice de Hombourg (voir notice suivante) et, dans la suite, les nouveaux appelés devant la cour même des tenants. La réformation fixe les droits à percevoir pour les transports de biens et donne le texte du serment du maïeur et de celui des tenants. La dénomination «cour foncière» désignait aussi l'ensemble des droits et des revenus dont jouissait le seigneur et, à ce titre, la cour foncière pouvait constituer un fief spécial, soumis au relief devant la cour féodale à chaque changement de détenteur. C'est ainsi qu'il existait à Rémersdael une quatrième cour foncière qui concernait des biens situés notamment à Mabroeck, à Hagelstein et aux environs et qui relevait de la cour féodale de Fauquemont. Peut-être avait-elle remplacé la cour de l'avouerie de Notre-Dame d'Aix-la-Chapelle, lors de l'inféodation probable de son domaine au duc de Brabant, seigneur de Fauquemont. Cette quatrième cour appartenait au XVe siècle à la famille de Doenraedt (qui détenait au hameau de ce nom à Aubel un fief du comté de Dalhem), d'où l'appellation «cour de Doenraedt». Ses reliefs à Fauquemont sont faits en 1486 par Goswin de Doenraedt, en 1537 par Gilles de Doenraedt et en 1545 par François de Doenraedt, fils de Gilles.

Tijdbalk Aegidius goswinus (Gillis) van Doenrade

  Deze functionaliteit is alleen beschikbaar voor browsers met Javascript ondersteuning.
Gebruikte symbolen: grootouders grootoudersouders oudersbroers-zussen broers/zussenkinderen kinderen
Sleep de tijdbalk om terug of verder in de tijd te gaan (of gebruik de l en r toetsen). Klik op de namen voor meer informatie.

Over de familienaam Van Doenrade


    ?